SĂ©lectionner une page

A l’écoute de votre Nature

Un chemin pour conscientiser et ressentir l‘interaction fabuleuse de l'Homme avec la Nature.

Imaginez un monde un Monde Connecté 

Vous pourriez penser directement à un monde connecté à la 4G, à Facebook ou aux 2457 chaßnes TV. 

Je parle ici d’imaginer un monde connectĂ© Ă  vos sens, Ă  vos ressentis, Ă  votre corps, Ă  votre intuition, Ă  votre Ă©lan de vie, Ă  votre sagesse intĂ©rieure, Ă  votre Ăąme
 Enfaite peu importe quel nom on peut lui donner, je vous parle d’un monde connectĂ© Ă  Vous !

Alors, imaginez que cette prĂ©sence d’ordinaire si mystĂ©rieuse, silencieuse et insondable pouvait alors se manifester, s’exprimer, vous guidez, vous faire Ă©voluer. Que pourrait-elle bien vous dire ? Que pourrait elle vous enseignez ? Comment le ferait-elle ? et par quel moyen ? mais surtout serez vous prĂȘt Ă  l’écouter, l’accueillir et lui laisser l’espace pour Être ?

 Pour ceux et celles qui ressentent cet appel intĂ©rieur de Nature avec une ouverture grand angle mĂȘlant exploration, conscience, sensibilitĂ© et intuition. Je vous souhaite la bienvenue dans la dimension des Baguettes Sensitives !

Un retour aux sources

Alors que j’avais tout juste 18 ans, je me suis intĂ©ressĂ© et initiĂ© en 2001 Ă  l’Art des Sourciers et de la GĂ©obiologie. Ces Disciplines issues de la RadiesthĂ©sie, m’ont permis d’entrevoir et ressentir un monde bien plus vaste que mes sens premiers pouvaient me le reprĂ©senter.

Au delĂ  de rechercher de l’eau ou des rĂ©seaux invisibles, je me sentais comme interconnectĂ© avec la Nature. En liaison intime avec mon environnement proche. Je communiquai littĂ©ralement avec lui, je lui posait des questions, Il me donnait des rĂ©ponses, me guidait, m’invitait Ă  rĂ©flĂ©chir et Ă  agir
 bref une relation se tissait. Depuis 15 ans maintenant, j’explore cette relation pour en comprendre, dĂ©celer et transmettre la profondeur de cette relation.

Je parle de relation, car le rapport que nous entretenons avec quelqu’un ou quelque chose dĂ©finie ensuite notre maniĂšre de communiquer ou d’interagir avec. Dans le but de vouloir “communiquer” avec la Nature, il est donc essentiel de bien comprendre la nature de la relation que nous entretenons mutuellement.

De l’attirance Ă  la crainte, notre rapport Ă  la Nature se rĂ©vĂšle complexe, multiforme et contradictoire. Passons par la philosophie afin d’y voir plus Clair.

Ci-dessous un extrait du Philosophe AndrĂ© Comte Sponville qui nous livre sa vision de notre relation Ă  la Nature. Article paru le N°2 La revue Question  “la Nature miroir du divin”.

La Nature ET Nous

Ne nous mĂ©prenons pas sur ce “ET” qui figure dans le titre “la Nature Et Nous”. Il semble indiquer quelque symĂ©trie, quelque Ă©galitĂ©, en tous cas quelque commune mesures entre la Nature et les Humains, comme s’il s’agissait de deux rĂ©alitĂ©s comparables, comme la France et l’Allemagne, la mer et la montagne, 
 Entre lesquelles pourrait s’installer un dialogue ou un compromis.

Ce n’est pas ainsi que les choses se prĂ©sentent. Entre la nature et nous, il n’y a ni Ă©galitĂ©, ni symĂ©trie, ni mĂȘme proportion. Elle est tout, nous ne sommes rien.  En tous cas rien sans elle, rien en dehors d’elle. 

La Nature ET Nous c’est une relation non d’égalitĂ© mais d’appartenance.

La Nature EST Nous

Nous ne sommes pas sĂ©parĂ©s. Nous faisons partie intĂ©grante de notre environnement. Nous ne pouvons vivre en dehors d’elle. La Nature est en Nous, tout le temps, partout, Ă  chaque instant, maintenant et toujours.

« La nature et nous, ce n’est pas un face Ă  face, c’est une immersion.
Non un dialogue mais une symphonie, une musique infinie”

André Compte-Sponville

Je me rappel pourtant, combien de fois j’ai pu me me sentir “ dĂ©connectĂ© de la nature”. 

Comprendre notre relation Ă  la Nature rĂ©vĂšle l’impasse de cette formulation.  

Nous ne pouvons fondamentalement pas ĂȘtre “dĂ©connectĂ© de la Nature”, tant elle fait partie de Nous.

Ceci dit, sans vouloir nier une forme de rĂ©alitĂ©, au travers de l’expression “je me sens dĂ©connectĂ© de la Nature”, je me vivait rĂ©ellement coupĂ© de la Nature. Vivant en ville dans la pollution et le stress quotidien, j’avais perdu ce repĂšre et ce besoin intĂ©rieur.

(re) Trouver l’Alliance

La clé se situe ici: Notre sensation de déconnexion est avant tout une affaire de conscience

En clair la coupure est dans notre tĂȘte pas dans notre corps !
On peut faire ce que l’on veut, notre corps lui est bien connectĂ© et est alerte Ă  son environnement , toujours tout le temps, Ă  chaque instant…notre tĂȘte elle, peut ĂȘtre plus vagabonde !

Observez vous dans la journée vous constaterez que:

  • Votre mental projette Ă©normĂ©ment de choses (qu’est ce que je fais faire tout Ă  l’heure, est-ce qu’il va faire beau, qu’est ce que je vais manger ce soir ?, etc..) Vous n’ĂȘtes plus ici, mais mentalement lĂ -bas .
  • Pendant que vous Ă©lucubrez vos scĂ©narios votre corps gĂšre les situations (pour le coup inconsciemment): Vous respirez, votre cƓur bas, l’homĂ©ostasie du corps se rĂ©gule, etc. bref des millions d’échanges chimiques se produisent en vous en fonction de ce qui vous entoure pour que vous restiez en vie et puissiez faire ce que vous faites. Vous ne dĂ©cidez rien, ça ce fait c’est tout !

Notre corps est le lien qui nous connecte instantanément au vivant.

Alors, malgrĂ© certaines idĂ©es qui affirme qu’il faut « couper » le mental. Je pense qu’il reste utile et prĂ©cieux. L’idĂ©e n’est pas de le bannir. Ce que l’on recherche c’est l’alliance !

L’alliance c’est par exemple quand vous ĂȘtes en train de rĂȘvasser en voiture et qu’un chat court devant votre voiture. Votre corps rĂ©agit au ÂŒ de tour, sans comprendre ni comment ni pourquoi, en un instant votre mental et votre corps s’aligne, vous appuyez “instinctivement” sur le frein, regardez dans le rĂ©tro que personne ne vous tape dedans, Ă©ventuellement votre main tient le volant et l’autre maintient les affaires sur le siĂšge passager afin que celles-ci ne s’envolent pas !  Avec une bonne alliance, le chaton (et vous) s’en sort indemne. Dans ce genre de situation vous “redescendez littĂ©ralement sur terre”, vous ĂȘtes sous stress certes mais vous ĂȘtes alignĂ© ! 

En cherchant, nous avons tous des moments ou Ă  en un instant, notre corps et notre tĂȘte ne faisait qu’ Un.

Seulement l’exercice se fait souvent par nĂ©cessitĂ©. Le stress et l’augmentation d’adrĂ©naline est parfois la seule clĂ© que nous ayons trouvĂ©s pour pour nous sentir durant un instant “connectĂ©â€.

Personnellement, je pense que cette alliance peut se faire avec douceur, tranquillité, de maniÚre maßtrisé et surtout en conscience.

Mettre sa tĂȘte au service de son corps

Cette formulation est enfaite un vrai paradigme. Elle nous invite Ă  inverser notre maniĂšre « traditionnelle » de faire pour apprendre Ă  ressentir d’abord et intellectualiser ensuite.

Pour mettre en perspective cette donnée à notre sujet.

Rechercher des sources d’eau en radiesthĂ©sie n’est pas un exercice intellectuel c’est un exercice sensitif et de ressenti en premier lieu.

Imaginez, si je vous demande de me dire intellectuellement ou se trouve de l’eau sur un terrain au hasard, quel va ĂȘtre votre rĂ©ponse ? ben on va y aller au pif, et fondamentalement moi je vous rĂ©pondrai que « je n’en sais fichtre rien ! »

Par contre si j’Ă©coute depuis l’espace de mon corps, lui qui est connectĂ© Ă  ce qui m’entoure. De cet espace je vais percevoir des mouvements, des ressentis, des indices… Le corps capte et l’intellect au service de ce mouvement structure et conceptualise notre ressenti pour interprĂ©ter une solution .

Se mettre Ă  l’Ă©coute de la Nature nous apprends Ă  Ă©couter nos sensations depuis l’espace de notre corps.

Se (ré)concilier avec notre écoute intérieure

L’invitation proposĂ©e est un retour vers son Ă©coute intĂ©rieure. 

Une Ă©coute qui depuis cet espace privilĂ©giĂ© et alignĂ©, nous ouvre sur la vie qui coule en nous et autour de nous. Conscientiser notre relation Ă  la Nature c’est prendre conscience de la Nature qui vibre en nous.

Cette comprĂ©hension et ce niveau d’écoute au niveau du corps, ouvre les portes pour interagir et communiquer avec la Nature.

Pour reformuler l’idĂ©e, Se mettre Ă  l’écoute de la Nature implique d’aller Ă  la rencontre de sa Nature intĂ©rieure.

A l’écoute de votre Nature

Bien entendue notre sociĂ©tĂ© et le systĂšme scolaire, n’encourage pas cette voie. On ne nous apprend pas Ă  Ă©couter depuis cet espace et encore moins Ă  le dĂ©coder. Sans vouloir en faire une voie unique, les Baguettes Sensitives au travers du domaine de la radiesthĂ©sie, de la sourcellerie, de la gĂ©obiologie, est une façon de favoriser ce lien de Nous avec la Nature et de nous aider Ă  dĂ©coder nos interactions avec elle. 

Elles en sont le trait d’union entre Nous et la Nature mais Ă©galement entre notre tĂȘte et notre corps. Elles nous invites Ă  ce voyage extraordinaire en immersion 
 Ă  l’écoute de notre Nature !

Et vous, ĂȘtes vous prĂȘt Ă  faire ce voyage ? l’avez vous peu ĂȘtre dĂ©ja fait ?
Partagez moi votre expérience en laissant un commentaire

0 commentaires

A feuilleter Ă©galement

Maßtriser ses Baguettes Coudées

Maßtriser ses Baguettes Coudées

Vous avez vos baguettes de dĂ©tection prĂȘtent Ă  rĂ©vĂ©ler vos sensations profondes. Cerise sur le gĂąteau, vous avez lu mon article sur “Les techniques pour bien tenir ses Baguettes CoudĂ©es”.   La dĂ©termination est prĂ©sente, mais voilĂ  lorsque vous montez vos baguettes,...

Centre de préférences de confidentialité

Share This